Ce blog présente quotidiennement

un premier choix non définitif d'images pour les séries en cours.

Il vient en complément du site www.yannickvallet.com qui, lui,

présente un panorama complet de mon travail.


31 mars 2012

En Languedoc

Le lierre et la croix, Hérault, 2009
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

30 mars 2012

En Languedoc

L'arbre et les éoliennes, Hérault, 2009
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

29 mars 2012

En Dauphiné

Attention école, Pont-de-Barret, Drôme, 2011
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

28 mars 2012

MPX : The Good, the Beige & the Ugly

Précipitez-vous sur le superbe deuxième album de Micropixie.


Mais qui est MPX ?
Anglo-indienne passée par la France et vivant (pour le moment) à San Francisco, Micropixie navigue en musique entre Europe, Inde et Amérique. L'album, co-produit par le très britannique Paul Horton (Steele Pulse), est un joli mélange d'influences où se croisent Susheela Raman, Charlotte Gainsbourg, Radiohead et même l'expérimentale Anne Clark …


Sampler de l'album The Good, the Beige & the Ugly (2012)

Disponible uniquement par internet sur le site américain CDBaby pour une quinzaine d'euros, The Good, The Beige & the Ugly est une vraie réussite.

27 mars 2012

En Normandie

Arbres et clôture, Pointe d'Agon, 2011
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

26 mars 2012

Le Circuit dans Le Tigre

Je suis très fier de vous annoncer que ma chronique photographique sur le Circuit de Reims-Gueux vient de paraître en intégralité et sur six pages dans Le Tigre du mois d'avril.


Alors précipitez-vous dans votre librairie (voir la liste ici) ou dans votre kiosque (ici) pour vous procurer ce N°16. Le Tigre (84 pages sans publicité) a besoin de vous !


Un grand merci à Laetitia Bianchi, Raphaël Meltz et toute l'équipe pour sa réactivité, sa gentillesse et sa bonne humeur.

24 mars 2012

En Ile de France

Passage Privé Amelot Marais, Paris, 2010 - Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

23 mars 2012

Destruction #2 : l'histoire d'une maison

Le 12 février dernier je vous signalais, ici-même (et grâce à la vigilance d'un habitant du village), le début d'une campagne de destruction du site du Circuit de Reims-Gueux, pourtant inscrit au titre des monuments historiques depuis 2009. Eh bien la deuxième phase de démolition, commencée le 15 février autour de la maison du gardien, s'est achevée mardi dernier.
Petit retour en arrière sur l'enchaînement inéluctable des évènements.

Le 10 février, la mairie de Geux fait détruire les latrines que j'avais photographiées lors de mon voyage sur le circuit. Et moins d'une semaine plus tard, ce sont les poteaux des diverses entrées du site qui passent à la benne. Ainsi que, ici ou là, quelques panneaux en béton vieux d'un demi siècle !

Légende, Circuit de Reims-Gueux, 2011 - Photo © Yannick Vallet

15 février, deuxième phase. On s'attaque à un des emblèmes du circuit, à savoir la maison du gardien. Le symbole est fort, il va falloir avancer avec précaution. On commence donc par détruire, juste à côté, un ancien transformateur électrique et son poteau en béton ainsi que des toilettes. Puis, petit problème.
Alors que la municipalité souhaite raser la maison, le permis de démolir (demandé et établi par la mairie elle-même) n'indique qu'une démolition partielle et ne concerne que l'extension arrière d'époque un peu plus récente. On abat donc trois murs de brique et pour le reste, on verra plus tard.
À ce moment-là, la maison originelle semblait être, sinon sauvée, tout du moins épargnée. Mais pour combien de temps encore ?

Le transformateur et le poteau, Circuit de Reims-Gueux, 2011
Photo © Yannick Vallet

Car cette bâtisse, a priori anodine, était déjà passée une première fois à côté de la disparition définitive. C'était en 1938 ...

Cette été-là, alors que Daladier vient de remplacer Léon Blum à la présidence du Conseil, le 32ème Grand Prix de l'Automobile Club de France voit, sur le Circuit de Reims-Gueux, la victoire écrasante de l'Allemagne (étrange signe de ce qui allait se dessiner quelques mois plus tard dans toute l'Europe …). Manfred von Brauchitsch raffle la première place sur Mercedes. Derrière lui, également sur Mercedes, Rudolf Carraciola (alors membre du groupe nazi NSKK) et Hermann Lang (lui, carrément membre du parti nazi).
Alors que les français insouciants profitent sans le savoir de leur dernier été en temps de paix, ici à Gueux, on décide d'aménager l'épingle de Thillois (voir ici le plan du circuit), devenue trop dangereuse au regard des vitesses atteintes par les bolides de plus en plus rapides. Mais il y a un problème, à la sortie du virage se trouve une petite maison occupée par la famille d'un ouvrier agricole d'origine polonaise, un certain Sochaki. Et cette maison, Raymond Roche, le grand organisateur du circuit, souhaite la garder. On décidera donc de la déplacer un peu plus loin, près des bâtiments du Circuit, pour y loger un gardien. Et tout doit être prêt pour l'année suivante … pour le 39ème Grand Prix de l'ACF.

La maison en 1926 dans l'épingle de Thillois

C'est donc pierre par pierre que la maison est déconstruite puis remontée, modifiée et agrandie afin d'accueillir la famille Lenel, nouvelle gardienne du temple.
Puis quelques années passent. La guerre, l'occupation, la résistance. Et le 28 décembre 1943, Pierre Bouchez, chef des FFI de la Marne, voit débarquer, au siège de son entreprise de Reims, la Gestapo venue l'arrêter. Dénoncé par des collabos, il aura juste le temps de sauter par la fenêtre de son bureau pour se cacher dans une cour toute proche. Il s'enfuira ensuite à la faveur de la nuit et restera planqué quelques temps dans le marais de Muizon, non loin de Gueux.
Or Bouchez connaît bien les gens du circuit pour y avoir couru dès la fin des années 1920. C'est donc avec confiance qu'il décide de rejoindre la fameuse maison afin d'y trouver refuge. Accueilli en ami, caché pendant quelques jours dans la cave des Lenel, il pourra finalement rallier la résistance sain et sauf. Quant à la maison, elle venait d'entrer dans l'Histoire.
Mais le lieu n'a pas fini d'alimenter les phantasmes car cette maison en a vu passé des célébrités. A commencer par le célèbre Fangio, qui dormit ici avant que ne soit construit le Bloc Habitat, juste de l'autre côté du paddock. Et tous les autres, qui venaient se reposer là quelques instants à l'écart du bruit, passer un coup de fil (ici était la première "cabine téléphonique" du circuit1) ou tout simplement pour papoter avec le gardien ou boire un coup.
Boire un coup ! N'oublions pas que nous sommes en Champagne et c'est ici, dans la cave même de la maison, que Raymond Roche cachait avec la complicité du gardien, des dizaines de caisses et de bouteilles destinées aux gagnants des courses ! Une véritable mine d'or !

Photo © Ogosc

Aujourd'hui, tout le monde ou presque, au village, semble avoir oublié ces histoires. Les vieux sont morts, les familles arrivées ici dans les années 70/80 n'ont pas connu les fastes du circuit et les nouvelles générations ne semblent voir dans ces bâtiments que la lubie de quelques collectionneurs un peu fantasques. Alors on détruit. On inscrit quelques bâtiments au titre des monuments historiques2, histoire de soigner son image. Et on détruit le reste.
Comme ce 20 mars 2012, premier jour du printemps, où la maison devait, en accord avec l'Architecte des Bâtiments de France (tout de même !), être démontée puis stockée en prévision d'une reconstruction future …

Shame, 2012 - Photo © G.

Sauf que la reconstruction n'aura jamais lieu, puisque les restes de la maison du gardien ont été emmenés discrètement dès le lendemain matin … à la décharge …

Photo © Ogosc

Fin de l'histoire … ou presque …



Merci à Ogosc (Forum Autodiva) pour ses multiples documents sur cette maison,
Merci à G. pour ses photos et qui s'est révélé, une nouvelle fois, un correspondant hors pair.



1 le téléphone était en fait celui de la famille du gardien de l'époque, les Lemoine.
2 Ont été inscrits en 2009 : les tribunes couvertes avec leurs loges, les tribunes découvertes, le Pavillon Lambert, les stands avec les restaurants sur piste, le panneau d'affichage et la centrale des carburants.
N'ont pas été inscrits : les buvettes, le stand des marques, les toilettes, le transformateur, la rotisserie/chapelle, les piliers d'entrée, les panneaux, les bornes BP, le promenoir, la maison du gardien.

22 mars 2012

En Vivarais

Abattoir, Privas, Ardèche, 2010
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

21 mars 2012

Une maison

"À gauche de la route, je vis un champ de maïs, une boîte aux lettres et une longue allée couverte de gravillons. Au bout entourée de quelques arbres, une maison avec une véranda. Il y avait une cheminée sur le toit, mais comme c'était l'été, bien entendu, il n'en sortait pas de fumée. Mais je pensais que ça faisait un joli tableau, et je le dis à Fran."

Plumes (Feathers)
in Les vitamines du Bonheur (Cathedral) - Raymond Carver (1983)

20 mars 2012

En Normandie

La cabane au toit d'émeraude, Gouville-sur-Mer, 2011
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

19 mars 2012

En Normandie

La cabane au volet bleu, Gouville-sur-Mer, 2011
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

17 mars 2012

An English Car in Europe (2)

Décidément, l'histoire de la Cute car découverte lors de La Rencontre #1 entre Deux ou trois choses et Dreamlands n'en finit pas de rebondir ! Hier, outre mon post sur cette voiture croisée en France, un nouvel élément a fait son apparition sur le blog d'Olivier Hodasava !

Alors, avant de vous donner quelques précisions sur cette voiture voici, pour ceux qui sont perdus et qui voudraient y voir un peu plus clair, la liste des posts à lire dans l'ordre :
- 11 juin 2010 : Rencontre # 1 (sur Deux ou trois choses)
- 11 juin 2010 : Rencontre # 1 (sur Dreamlands)
- 15 mars 2012 : La photo de Ianna
- 16 mars 2012 : An English Car in Europe
- 16 mars 2012 : Vertigineux

En tout, quatre images de la Cute Car (dont aucune n'a la même immatriculation !) et celle que je serais tenté d'identifier comme l'originale et dont on ne connaît pas le numéro ... Effectivement, comme dirait Olivier, tout cela est "vertigineux" !


Quand à cette incroyable voiture, et pour ceux qui se demanderaient d'où elle sort, sachez qu'il s'agit d'une Nissan Figaro fabriquée en ... 1991 ... et non pas dans les années 60 comme on aurait pu le penser1. Ce sont uniquement 20.000 exemplaires qui sont sortis des usines nippones et en quatre couleurs seulement - Topaz Mist (beige rosé), Emerald Green (vert émeraude), Pale Aqua (bleu pâle) et Lapis Grey (gris bleuté). Chaque teinte correspondant à une saison.
Ce modèle, destiné a priori au seul marché japonais, s'étant très mal vendu, on n'en trouve essentiellement qu'au Royaume Uni et en Irlande2.


Catalogue Nissan Figaro (1991)

L'histoire des voitures hors normes étant souvent jalonnée des frasques de certaines célébrités3, il se trouve qu'une de ces Nissan Figaro appartenait justement à la chanteuse anglaise Amy Winehouse, décédée l'année dernière à l'âge de 27 ans.

AMY WINEHOUSE - You Know I'm No Good (2006)

Et si une de ces Cute cars que nous avons photographiées était celle-là ... celle d'Amy Winehouse ...



1 Merci d'ailleurs à Claude pour ses précieux renseignements.
2 Il semblerait que la conduite avec le volant à droite (au Japon, on roule à gauche comme en Angleterre) ait séduit les britanniques.
3 Comme la Porshe 911 de Steve McQueen, la Rolls Phantom de John Lennon, la Porsche 356 Cabriolet de Janis Joplin, la Porshe 550 Spyder de James Dean ou la Ford Mustang de Jim Morrison ...

16 mars 2012

An English Car in Europe

La vie réserve parfois de ces petits bonheurs qui vous font battre le cœur. Comme si vous étiez encore un enfant insouciant, plus attaché aux détails futiles du quotidien qu'aux événements sérieux de l'existence.
Et cette voiture, ci-dessous, cette Cute car en est l'exemple parfait …


A Cute Car in Notting Hill, Londres, 2008
Photo © Yannick Vallet

Petit retour en arrière.
En juin 2010, lors de la première Rencontre entre Deux ou trois choses et Dreamlands, le blog d'Olivier Hodasava, j'avais fourni à Olivier cette photo prise à Londres. Or, lors de ses prérégrinations dans StreetView, il avait réussi à la retrouver dans le quartier de Nothing Hill, non loin de là où je l'avais photographiée.
Et puis hier, surprise.
Comme tous les jours, je me rends sur Dreamlands. Et , je découvre qu'une visiteuse du blog d'Olivier s'était souvenue de ce petit jeu en croisant elle aussi cette voiture (il faut dire que sa petitesse et sa couleur ne sont pas banales !) dans Londres. Incredible !

La cute car en 2012 à Londres - Photo © Ianna Andreadis

Mais là où cette histoire est encore plus incroyable c'est qu'il y a quelques mois, en décembre exactement, non loin de chez moi, je tombe sur elle :


The Cute Car is in France, 2011
Photo © Yannick Vallet

La même. Exactement !
Mon premier réflexe a été évidemment de relever le numéro d'immatriculation (J722 MJK) mais malheureusement, après vérification, ce n'est pas celle d'Olivier (H832 NRD), ni celle de Ianna d'ailleurs (H633 PEF).
Mais quand on y réfléchit bien, il y a une véritable inconnue dans tout ça.
Et si la voiture qu'Olivier Hodavasa a photographiée n'était pas celle que j'ai vue à Nothing Hill ? Car après tout, ce jour-là, loin de m'imaginer qu'on en arriverait là, je n'ai évidemment pas noter son numéro. Impossible donc de vérifier.


Et puis non, tout ceci est certes logique mais finalement peu probable. D'autant que comme le dit Olivier : "Rien ne prouve qu'il ne s'agit pas du même véhicule (l’immatriculation a très bien pu être changée)". Et puis de toute façon ce n'est pas très drôle, pas très amusant non plus. Et je préfère m'imaginer que celle que j'ai photographiée, celle qu'Olivier a retrouvée, nous la recroiserons sous un autre nom, sous une autre immatriculation, un jour. Ou peut-être vous lecteur(s) la croiserez-vous. Au coin d'une rue londonnienne, parisienne ou d'ailleurs, quelque part en Europe ou même plus loin encore ...

15 mars 2012

Pierre Schoendoerffer 1928 - 2012




LA 317ème SECTION de Pierre Schoendoerffer (1965)
(bande annonce)


Photo © Joël Saget

14 mars 2012

Circulation(s)

L'événement photographique de ce mois c'est évidemment Circulation(s), le Festival de la jeune photographie européenne. Et ça se tient dans le Parc de Bagatelle à Paris, près du Bois de Boulogne.

Série Kitchen Stories from The Balkans - Photo © Eugenia Maximova

Pour cette deuxième édition, Fetart (l'association organisatrice de l'événement) a vu les choses en grand puisque ce sont plus de 40 photographes qui ont été invités à exposer.

Série Rummet - Photo © Tony Kristensson

A voir absolument dans cette sélection 2012 : la très belle et très étonnante série de Thomas Vanden Driessche intitulée "Welcome to Tata City" et réalisée à Jamshedpur, siège historique du constructeur automobile indien. Cette ville, construite à la gloire de Tata et de ses dirigeants, semble être un décor où le rêve industriel a mal vieilli ...

Série Welcome to Tata City - Photo © Thomas Vanden Driessche

… la série de Charlotte Yonga réalisée à Oakland près de San Francisco, dans le quartier défavorisé de Prescott-Oakland Point avec d'étonnants portraits …

Série Lower Bottom - Photos © Charlotte Yonga

… le travail particulièrement touchant de Vincent Catala à la recherche de Jane, prostituée de Rio, rencontrée une année auparavant …

Série Jane la Nuit Tombe - Photo © Vincent Catala

... et la très dense série de Franck Têtu sur des villes industrielles ukrainiennes froides et noires.

Série Une Saison en Ukraine - Photo © Franck Têtu

Egalement, la superbe carte blanche de Christine Ollier, directrice artistique de la galerie Les Filles du Calvaire avec l'errance du britannique Matt Wilson, les polaroids du français Michel Bousquet ainsi que le travail sur un réel virtualisé et phantasmé de David de Beyter ou celui au contraire bien concret et vivant de Yusuf Sevincli.

Série Untitled 2011 - Photo © Matt Wilson

Et encore plein d'autres photographes - mais impossible de les citer tous ici - et bien d'autres surprises comme la cabine photo vintage de Foto-Automat (qui ne fonctionnait pas lorsque j'y suis passé !) ou la vente dimanche 25 mars de tous les tirages de l'expo pour 150 à 300 euros pièce !

Série Mal-Placé - Photo © Michel Bousquet

Un mois de la (jeune) photo à ne manquer sous aucun prétexte, histoire de prendre le pouls d'une certaine Europe artistique …


CIRCULATION(S)
Galerie Côté Seine & Trianon, Parc de Bagatelle, - Paris 16ème
Du 25 février au 25 mars 2012
Pour s'y rendre tout est expliqué ici

13 mars 2012

En Ile de France

Cameroon Airlines, Paris, 2012
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

12 mars 2012

En Ile de France

Maison en brique sous la neige, Clamart, 2010
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

11 mars 2012

Jean Giraud (Mœbius) (Gir) 1938 - 2012





Blueberry - L'aigle solitaire (1967)



Fresque à San Francisco (1999)


Photo © Jean-Luc Vallet

10 mars 2012

En Ile de France

Alcea rosea, Clamart, 2011 - Série Un jour, en France
Photo © Yannick Vallet

9 mars 2012

En Ile de France

Coiffure, Clamart, 2011 - Série Un jour, en France
Photo © Yannick Vallet

8 mars 2012

En Ile de France


Une maison bleue, Chatillon, 2011
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

7 mars 2012

En Normandie

Pizzas, Crêpes, Gauffres, Glaces, Gouville-sur-Mer, 2011
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

6 mars 2012

Gabriele Basilico de Rio à Shanghai

Dépêchez-vous, c'est la dernière semaine pour voir l'exposition Gabriele Basilico à la galerie Anne Barrault.

Rio, 2011 - Photo © Gabriele Basilico

Cet immense photographe italien, certainement le plus européen de tous1, nous présente ici ses dernières images entre Rio et Shanghai. Alors qu'il nous avait habitué, depuis ses débuts dans les années 70, à des photographies en noir et blanc, Gabriele Basilico s'est mis à la couleur depuis quelques années (son Beirut 1991 (2003)2, réalisé il y a à peine dix ans est d'ailleurs à ce titre remaquable).

Shanghai, 2010 - Photo © Gabriele Basilico

Considéré, de par sa formation d'architecte, comme un photographe d'architecture (!), il a toujours évité soigneusement d'intégrer une présence humaine dans ses images. Seuls les bâtiments urbains semblaient comptés. Et pourtant, si dans ses photos récentes de minuscules terriens ont depuis quelques temps fait timidement leur apparition, ce sont certainement dans cette nouvelle série qu'ils sont le plus présents …

Shanghai, 2010 - Photo © Gabriele Basilico

Une exposition finalement très humaine à voir d'urgence … en attendant la prochaine rétrospective !

DE RIO À SHANGHAI
Galerie Anne Barrault - 22 rue Saint-Claude - Paris 3ème
Du 14 janvier au 10 mars 2012
Métro : Saint-Sébastien-Froissard

1 Italien de naissance, Basilico est très attaché à la France (il a fait partie de la mission photographique de la D.A.T.A.R. dans les années 80) et a beaucoup photographié les pays d'Europe de l'Ouest (Allemagne, Espagne, Suisse, Portugal …)

2 Il est revenu, dans le centre de Beyrouth, sur les lieux en reconstruction qu'il avait photographiés en 1991.

5 mars 2012

En Midi-Pyrénées

Station Service, Lacaune-les-Bains, Tarn, 2009
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

3 mars 2012

En Ile de France

Maison forestière du chêne Baudet, Rambouillet, 2011
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

2 mars 2012

In Great Britain

Bench #2, Hyde Park, Londres, 2011
Série One day in Europe - Photo © Yannick Vallet