Ce blog présente quotidiennement

un premier choix non définitif d'images pour les séries en cours.

Il vient en complément du site www.yannickvallet.com qui, lui,

présente un panorama complet de mon travail.


30 septembre 2011

En Ile de France

La vitrine bleue, Ivry-sur-Seine, 2011
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

29 septembre 2011

À l'origine

Sans titre, 2011 - Série À l'origine - Photo © Yannick Vallet

28 septembre 2011

Olivier Cornil + Girls in Hawaii

C'est en 2008 que j'ai véritablement commencé à m'intéresser au travail d'Olivier Cornil lorsque j'ai découvert ça :

PLAN YOUR ESCAPE - Girls in Hawaii (2008)
© Photo Olivier Cornil

Une photo à la fois incroyablement belle et pourtant terriblement triste…
Une image qui m'a conforté dans ma passion pour ce groupe de pop-rock belge qu'est Girls in Hawaii et dont l'identité visuelle a toujours été en accord total avec leurs morceaux*.
Pas étonnant à cela, puisque leur photographe - Olivier Cornil donc - est considéré à juste titre comme le septième membre du groupe.

FOUND IN THE GROUND * THE WINTER EP – Girls in Hawaii (2003)
© Photo Olivier Cornil

Found in the ground, 2003 - © Photo Olivier Cornil

Leur premières collaborations remontent à quelques temps déjà puisqu'au tout début des années 2000, alors qu'ils partageaient les bancs de la même Ecole d'Art à Bruxelles, Lionel Vancauwenberge, l'un des chanteurs de Girls in Hawaii, et Olivier Cornil ont bricolé un étrange clip en super 8 noir et blanc, sur le premier grand succès du groupe.


FOUND IN THE GROUND (Girls in Hawaii)
de Olivier Cornil et Lionel Vancauwenberge

"From Here To There", le premier album des Girls in Hawaii sorti en 2003, est l'occasion pour Olivier Cornil d'affirmer son œil de photographe et d'élaborer un joli corpus d'images autour d'un projet artistique conséquent.

FROM HERE TO THERE - Girls in Hawaii (2003)
© Photo Olivier Cornil

From Here To There, 2003 - © Photos Olivier Cornil

Après trois années de tournée à travers l'Europe et même jusqu'aux Etats-Unis, les sept membres de GiH entrent en studio et sortent enfin, en 2008, un nouvel album toujours aussi beau et d'une incroyable cohérence musique-images, c'est "Plan Your Escape".

PLAN YOUR ESCAPE - Girls in Hawaii (2008)
© Photos Olivier Cornil


Des mélodies tout en nuances, plongées dans l'univers poétique de la mer du Nord et de l'Ardenne belge.

Plan Your Escape, 2008 - © Photos Olivier Cornil

Pour les concerts de GiH et le DVD "Not Here" sorti en 2009, Olivier Cornil a également réalisé, en collaboration avec quatre autres réalisateurs (Philothée Buttol, Fred Noirhomme, Olivier Burlet et Sebastien Andres), ce qu'ils appellent des petits films.


NOT HERE (Girls in Hawaii)
2009


FIELDS OF GOLD (2008)

Espèrons que cette belle aventure ne s'arrêtera pas là** et que ces jeunes belges sauront trouver très vite de nouvelles ressources pour reprendre leur envol vers des oeuvres toujours aussi poignantes ...

Girls in Hawaii, Tour 2006 - © Photo Olivier Cornil

De son côté, le talent d'Olivier Cornil ne s'est pas résumé à suivre fidèlement le groupe et à vivre au rythme exclusif de celui-ci. Car Olivier Cornil a un vrai regard empreint d'une grande sensibilité et sait voir là où beaucoup ne savent plus voir.
Mais ça, c'est une autre histoire …

Homeland - © Photo Olivier Cornil

Allez, une petite dernière pour finir, avec un autre clip co-réalisé en 2003, également par Olivier Cornil et Lionel Vancauwenberge, toujours en super 8, mais cette fois-ci en couleur ! Et une des plus belles chansons de GiH.

CASPER (Girls in Hawaii)
de Olivier Cornil et Lionel Vancauwenberge (2003)



* depuis toujours des groupes ont développé fidèlement, tout au long de leur carrière, une véritable collaboration avec des artistes visuels : Depeche Mode avec le photographe Anton Corbijn, New Order avec le graphiste Peter Saville, Gorillaz avec l'illustrateur Jamie Hewlett…

** Malheureusement, cette collaboration artistique très particulière est celle d'une histoire qui semble s'être arrêtée tragiquement, une nuit de mai 2010 lorsque Denis Wielemans, le batteur du groupe et frère du chanteur Antoine, a trouvé la mort dans un accident de la route à l'âge de 27 ans. À voir, d'ailleurs, l'émouvante série "Thinking to Denis" sur le site d'Olivier Cornil.

27 septembre 2011

En Ardèche

Pylone, Massif du Tanargue, Ardèche, 2011
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

26 septembre 2011

En Bourbonnais

Bruyère, La Petite Suisse, Désertines, Allier, 2010
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

24 septembre 2011

Tous aux bains

3, Baie de Somme, 2010 - Série Tous aux bains
Photo © Yannick Vallet

23 septembre 2011

Image System

Plus que quelques jours pour aller voir les polaroids de Geoffroy de Boismenu chez Agnès b.

Mississippi, 1993 – Photo © Geoffroy de Boismenu

Ça se passe dans deux des boutiques parisiennes - ainsi que dans la boutique marseillaise - où sont exposés 72 reproductions que vous pouvez également acheter sous la forme d'un recueil intitulé Image System, en référence à l'appareil photographique de Polaroid.

IMAGE SYSTEM – Editeurs : RVB Books/Janvier (2011)

Ces images, Geoffroy de Boismenu les a faites lorsqu'il est arrivé aux Etats-Unis au début des années 90.

New York, 1994 – Photos © Geoffroy de Boismenu

Si vous êtes parisien(ne), un petit conseil tout de même, préférez la boutique de la rue du Jour où vous pourrez voir également deux des polaroids en tirage grand format. Dommage, d'ailleurs, qu'il n'y en ait pas d'autres …

New York, 1993 – Photos © Geoffroy de Boismenu

Mais pourquoi donc s'être limité à ce point-là, alors que les grands tirages sont sublimes ?...

Florida, 1992 – Photos © Geoffroy de Boismenu

IMAGE SYSTEM
Boutiques Agnès b.
17 avenue Pierre 1er de Serbie + 6, rue du Jour - Paris

31-33, cours d'Estienne d'Orves - Marseille
Du 5 septembre au 1er octobre 2011

22 septembre 2011

En Normandie

La cible des chasseurs, Neuilly, Eure, 2009
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

21 septembre 2011

Refuge

LA MORT EN DIRECT de Bertrand Tavernier (1980)

Poursuivie par les médias qui ont décidé de filmer sa mort lente, Katherine Mortenhoe s'est réfugiée avec son compagnon journaliste dans le nord de l'Ecosse. Le répit ne sera que de courte durée …

© Disques Vogue/djm records

20 septembre 2011

Tous aux bains

La vie devant, Le Cap Ferret, 2010 - Série Tous aux bains
Photo © Yannick Vallet

19 septembre 2011

En Ile de France

En passant par les bois, Clamart, 2009
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

17 septembre 2011

La photo de S.


Sans titre, 2011 - Photo © Stéphanie Poloubinski

16 septembre 2011

En Normandie

Bidon bleu, Neuilly, Eure, 2009 - Série Un jour, en France
Photo © Yannick Vallet

15 septembre 2011

En Languedoc

Gasoil, Gazole & Diesel, Olargues, Hérault, 2009
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

14 septembre 2011

London (2)

Dans la série des escapades européennes, nous voici de nouveau à Londres avec l'exposition d'un des photographes européens les plus importants de la fin du XXème siècle : Luigi Ghirri.

Photo © Luigi Ghirri

C'est à la galerie Mummery + Schnell que ça se passe, à deux pas d'Oxford Circus.

Bari, 1982 - Photo © Luigi Ghirri

Et plutôt que de vous expliquer ce qui me plait dans ses photos lisez plutôt ci-dessous, ce qu'en disait son ami, le poête italien Carlo Bordini en juillet 1992, quelques mois après la mort de Ghirri*. Tout y est …

New York, 1986 - Photo © Luigi Ghirri

Même si je ne comprends pas grand-chose à la photographie, j’ai toujours pensé que Ghirri était un génie. Je le lui ai dit une fois, en fait, que je pensais qu’il était un génie. Il s’est un peu caché et il a dit « allons donc », mais on voyait qu’il y croyait et qu’il était content, il a fini par dire : « Mais bien des gens ne me comprennent pas. » À cette époque l’idée que quelqu’un ne le comprenne pas me semblait impossible, et quoi qu’il en soit je lui ai dit vraiment ainsi : « Tu es le seul génie que je connaisse. » J’ai commencé à penser qu’il était un génie quand j’ai vu son livre "Paysage italien", celui des éditions Electa. Jusqu’alors j’avais pensé que ses photos étaient très belles ; mais en les voyant toutes ensemble dans ce livre, en voyant le montage qu’il avait fait dans ce livre avec sa femme Paola, j’ai compris que derrière ses photos il y avait une très forte, omniprésente, éclatante conception du monde, et que tout ce qu’il faisait répondait à cette conception, qu’il faisait avancer avec une lucidité et avec une cohérence, qui me firent justement venir à l’esprit l’idée du génie, c’est à dire de quelqu’un qui ne se contente pas d’avoir de grandes capacités expressives ou de faire des choses remarquables dans le domaine artistique, mais qui a une idée du monde, qui a une idée radicale et révolutionnaire du monde, et la développe avec une extrême facilité. Et cette conception du monde, à moi qui ne comprends pas grand chose à la photographie, m’a toujours semblé être celle-ci : Ghirri a continuellement frôlé la banalité, il a appliqué la section dorée dans ses photographies, il a toujours risqué que ses photos soient prises pour des cartes postales, et il l’a fait, justement, pour nous montrer ce qu’il y a derrière la carte postale et que la carte postale ne nous montre plus. Je ne sais comment mieux exprimer cette chose : c’est comme si Luigi Ghirri avait voulu nous montrer, toujours, ou au moins disons-nous, après la phase expérimentale de sa photographie, dans l’âge mûr, l’âge d’or de son œuvre, c’est comme s’il avait voulu nous montrer ce que la réalité aurait dû être. Je ne sais s’il y a une idée platonique derrière cela, mais Ghirri m’a toujours fait penser à un homme du Quattrocento, pour ce sentiment d’harmonie, le caractère classique dont il a baigné son œuvre entière, montrant des choses qui ne sont pas classiques, et les faisant devenir classiques : mais au fond, ce caractère classique n’est pas autre chose qu’une manière de voir les choses ; en connaissant un peu mieux sa photographie, l’équilibre qui existe dans ses clichés m’a impressionné et continue de le faire, cette idée du monde qui se fait sans effort, le nombre trois qui est toujours présent dans ses photos, le nombre parfait, le nombre de la section dorée, toutes ses photos peuvent se diviser en trois parties, ou en deux parties, elles ont toujours un centre, ainsi il y a ces nombres magiques : un, deux et trois ; elles sont en apparence statiques et immobiles et composées comme le sont les statues de Phidias et de Praxitèle et les madones de Botticelli et comme l’est tout l’art classique. Ainsi je me suis toujours représenté Ghirri comme un grand alchimiste, comme quelqu’un, au fond, qui montrait le monde comme il aurait dû et comme il aurait pu être, mais c’est là aussi, un peu, l’idée de l’idéalisation classique de la réalité. Qu’ensuite, derrière sa façon de montrer le monde comme il aurait dû être, derrière cette manière d’être classique, il y ait une très forte polémique, une très forte position politique, une protestation très forte contre ce qu’est le monde et ce que nous sommes en train de le faire devenir, c’est là, selon moi, la source de son caractère classique, de ce caractère classique si profondément « italien ». Tel est, je pense, ce qu’il y a derrière cette apparente, stupéfiante « simplicité », cette idée d’un monde simple, qui se crée seul, et qui n’a aucune, aucune possibilité d’être différent.

Marina di Ravenna, 1972 - Photo © Luigi Ghirri

Luigi Ghirri est également l'auteur de plusieurs livres dont le plus important Kodachrome date de la fin des années 70. Un ouvrage de référence devenu introuvable aujourd'hui.

KODACHROME – Editeur : Contrejour (1978)

Certainement une des expositions les plus importantes du moment tellement celles consacrées à Luigi Ghirri sont rares. À ne surtout pas rater si vous vous rendez à Londres.

Orbetello, Toscane, 1974 - Photo © Luigi Ghirri

LUIGI GHIRRI PROJECT PRINTS
Mummery + Schnelle Gallery 
- 83 Great Titchfield Street - Londres
Vendredi et samedi de 11h00 à 18h00

* traduction d'Olivier Favier, parue en décembre 2009 sur le site du webzine, la Revue des Ressources.

13 septembre 2011

En Vendée

Dune, Ile de Noirmoutier, 2008 - Série Un jour, en France
Photo © Yannick Vallet

12 septembre 2011

Tous aux bains

À l'arrière des plages, Ile de Noirmoutier, Vendée, 2008
Série Tous aux bains - Photo © Yannick Vallet

10 septembre 2011

À l'origine

Sans titre, 2011 - Série À l'origine - Photo © Yannick Vallet

9 septembre 2011

À l'origine

Sans titre, 2011 - Série À l'origine - Photo © Yannick Vallet

8 septembre 2011

En Vivarais

Citerne Rouge, Silhac, Ardèche, 2011 - Série Un jour, en France
Photo © Yannick Vallet

7 septembre 2011

Michael Wolf

Michael Wolf est un photographe allemand qui a grandi aux Etats-Unis et a passé dix ans de sa vie en Chine.

Architecture of Density, 2006 - Photo © Michael Wolf

HONG KONG CORNER HOUSES
Editeur : Hong Kong University Press (2011)

Connu pour ses séries sur l'architecture de Hong Kong ou de Chicago, il est également un des premiers à avoir utiliser le Street View de Google pour un projet photographique entre Paris et New York.

Série Street View Manhattan, 2010 - Photo © Michael Wolf

Exposition Paris Street View à Amsterdam, 2009/2010
Photo © Michael Wolf

Mais sa série qui, pour moi, est la plus bizarre et la plus fascinante, est sans conteste Tokyo Compression.

Série Tokyo Compression, 2011 - Photos © Michael Wolf

Ici, ce sont des centaines de Tokyoïtes qui ont été photographiés aux heures de pointes alors qu'ils étaient littéralement compressés et à moitié écrasés derrière les vitres du métro, juste avant le départ du train.

Série Tokyo Compression, 2011 - Photos © Michael Wolf

Une série qui n'est pas sans rappeler l'esthétique de certains films japonais fantastiques comme Dark Water ou The Eye 2.

Série Tokyo Compression, 2011 - Photos © Michael Wolf

Des photos impressionnantes de japonais harassés qui ne sont plus, finalement, que les fantômes d'eux-mêmes …

Série Tokyo Compression, 2011 - Photo © Michael Wolf

Et pour découvrir tous les clichés, procurez-vous de toute urgence les deux livres de la série complète.

TOKYO COMPRESSION - Editeur : Peperoni Books (2010)

TOKYO COMPRESSION REVISITED
Editeur : Peperoni Books (2011)

À noter que Michael Wolf est représenté en France par La Galerie Particulière où la dernière exposition du photographe, regroupant Tokyo Compression et Paris Street Wiew, a eu lieu l'hiver dernier.