Ce blog présente quotidiennement

un premier choix non définitif d'images pour les séries en cours.

Il vient en complément du site www.yannickvallet.com qui, lui,

présente un panorama complet de mon travail.


25 décembre 2011

Merry Xmas

Joyeux Noël


Noël 2011 - Photo © Yannick Vallet

Et à l'année prochaine
pour deux ou trois choses ...

24 décembre 2011

Seul[s]

Sans titre, 2011 - Série Seul[s] - Photo © Yannick Vallet

23 décembre 2011

En Champagne

Pharmacie, Pressing ou Boulangerie ?, Gueux, Marne, 20111
Magasin d'électroménager, Gueux, Marne, 2011
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet


Gueux ? Souvenez-vous, ... le Circuit ... c'est ici.

1 Cette photo a changé de titre depuis le 8 janvier 2012.
Pour en connaître la raison c'est ici.

22 décembre 2011

En Dauphiné

Rideaux, Bourdeaux, Drôme, 2010 - Série Un jour, en France
Photo © Yannick Vallet

21 décembre 2011

Une plaine poudrée

"Quant au village même, il le connaissait à peine. Par sa fenêtre, une nuit, il avait contemplé le silencieux paysage qui se développe, en descendant, jusqu’au pied d’un coteau, sur le sommet duquel se dressent les batteries du bois de Verrières.
Dans l’obscurité, à gauche, à droite, des masses confuses s’étageaient, dominées, au loin, par d’autres batteries et d’autres forts dont les hauts talus semblaient, au clair de la lune, gouachés avec de l’argent, sur un ciel sombre.
Rétrécie par l’ombre tombée des collines, la plaine paraissait, à son milieu, poudrée de farine d’amidon et enduite de blanc cold-cream ; dans l’air tiède, éventant les herbes décolorées et distillant de bas parfums d’épices, les arbres frottés de craie par la lune, ébouriffaient de pâles feuillages et dédoublaient leurs troncs dont les ombres barraient de raies noires le sol en plâtre sur lequel des caillasses scintillaient ainsi que des éclats d’assiettes."

À rebours - Joris-Karl Huysmans (1884)

20 décembre 2011

En Normandie

Un fer à cheval peut toujours être utile, La Trancardière, 2011
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

19 décembre 2011

En Dauphiné

Chez Kiki, Crest, Drôme, 2010
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

17 décembre 2011

En Ile de France

Subdivision assainissement, Clamart, 2011
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

16 décembre 2011

En Languedoc

4L, Gorges d'Héric, Languedoc, 2009
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

15 décembre 2011

En Picardie

Entrée, Liomer, Somme, 2010 - Série Un jour, en France
Photo © Yannick Vallet

14 décembre 2011

Photo, musique, film et encore photo

Voici un clip très "photographique", frontal et théâtral, et finalement assez drôle, réalisé par Jesse Dylan (le fils de Bob Dylan) pour le génial duo américain The Black Keys. Produit par Danger Mouse (dont j'ai déjà parlé ici, à propos de David Lynch), leur dernier album El Camino est sorti le 6 décembre.


LONELY BOY - The Black Keys (2011)

Jesse Dylan est le réalisateur du clip de Will.i.am, Yes We Can inspiré par le discours de Barak Obama et était aux commandes de American Pie 3 (!). Il a également produit le grand documentaire sur le célèbre photographe américain William Eggleston réalisé par Michael Almereyda.


WILLIAM EGGLESTON IN THE REAL WORLD
de Michael Almereyda (2005)

Ah, j'oubliais ! Les deux musiciens des Black Keys vivent à Nashville - ville mythique où est née la Country Music - comme John Baeder dont j'ai déjà parlé ici, il y a quelque jours.

13 décembre 2011

En Ile de France

Section 28, Clamart, 2009, Série Un jour, en France
Photo © Yannick Vallet

12 décembre 2011

En Ardèche

Massif du Tanargue, Ardèche, 2011 - Série Un jour, en France
Photo © Yannick Vallet

10 décembre 2011

En Picardie

Panier fleuri, Liomer, Somme, 2010
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

9 décembre 2011

En Picardie

Et au-delà ?, Baie de Somme, 2010 - Série Un jour, en France
Photo © Yannick Vallet

8 décembre 2011

En Normandie

Cimetière américain de Colleville-sur-Mer #1, Omaha Beach, 2010
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

7 décembre 2011

Grégory Valton

Ce que j'aime chez Gregory Valton c'est l'intangible.
Des émotions à fleur d'image. Des sentiments fragiles, indissociables d'ambiances très personnelles.

La Furtive, 2006-2007 - Photo © Grégory Valton

Alors évidemment, il y a les textes qui forcément orientent votre vision. Mais faites l'expérience. Feuilletez d'abord les images, sans savoir de quoi il s'agit, ou si peu : la Serbie, Lavaveix-les-Mines dans la Creuse, Luz-Saint-Sauveur dans les Pyrénées. Et laissez vous porter par cette atmosphère mélancolique qui s'échappent des paysages et des objets. Et puis refermez le livre et savourez… Prenez le temps …

Lendemains, 2003-2005 - Photo © Grégory Valton

Voilà. Maintenant que vous vous êtes imprégné de l'intangible, rouvrez le livre et lisez. Grégory Valton lève délicatement un coin du voile sur sa démarche artistique. Mais si peu. Alors parcourez à nouveau les pages et redécouvrez les images à la lumière de ces quelques mots. Doucement. Lentement … C'est alors que les photographies prennent toute leur dimension. Et de touchantes, elles deviennent poétiques.

Dans la neige, 2008 - Photo © Grégory Valton

Car oui, la dimension poétique est ici indéniable. Et ce n'est pas un hasard si en 2006, puis une deuxième fois en 2007, le photographe s'est lancé sur les derniers pas de Robert Desnos. Un parcours à rebours qui le mènera de Terezin, la ville tchèque dans laquelle le poète est mort, jusqu'à Flöha, en Allemagne, là où il a été détenu comme prisonnier d'un camp de concentration.

La furtive, 2006-2007 – Photo © Grégory Valton

Des images intitulées La Furtive - le titre est celui d'un poème de Desnos justement - que Gregory Valton intégrera l'année suivante à son très joli film L'Aube à la fin s'enfuit1, réalisé à partir d'un corpus de photos prises lors d'une résidence en Creuse.


L'AUBE À LA FIN S'ENFUIT de Gregory Valton (2008-2009)

Mais l'espace où le travail de Grégory Valton prend toute sa dimension, c'est le livre. Les Editions Poursuite ne s'y sont d'ailleurs pas trompée puisqu'en 2005 leur première publication sera également le premier livre du photographe, Lendemains. Une petit recueil de voyage d'une soixantaine d'images, entre Serbie et Monténégro.

Lendemains, 2003-2005 - Photos © Grégory Valton

Comme si l'on se retrouvait sur une plage après une grande marée. Il reste des bouts d'histoires, des morceaux épars, des traces et des signes contradictoires que l'on tente d'interpréter.2

LENDEMAINS - Editeur : Poursuite Editions (2005)

Et puis, en 2008, c'est la sortie du premier volet de ce qui semble prendre la forme d'une trilogie. Dans la neige est un portrait de l'absence, dénué de représentations humaines. Un nouveau voyage, là aussi à rebours. Un parcours jusqu'aux origines, pour tenter de comprendre.

Dans la neige, 2008 - Photos © Grégory Valton

Ici, c'est une émotion fragile qui s'immisce avec douceur entre les pages, presque en filigrane, canalisée par le format carré des photographies. Des photographies dans lesquelles il est bon de se perdre, comme pour mieux prendre son temps.
Prendre son temps et tenter de le garder.

DANS LA NEIGE – Editeur : Poursuite Editions (2008)

L'année suivante, Gregory Valton continue l'exploration de ses souvenirs personnels. Une exploration des lieux et, à travers eux, une exploration de la famille et des êtres qui lui sont proches.

Le Pic entre deux ports, 2009 - Photos © Grégory Valton

Un vieux banc en bois. Une voiture sous une bâche, quelque part dans un jardin. Le jardin, lieu de passage pour les adultes et lieu de jeu pour les enfants. Et puis la montagne, encore et toujours. Minérale. La route en lacets. Et une silhouette, lointaine, féminine.

Le Pic entre deux ports, 2009 - Photos © Grégory Valton

Le livre, lui, est sorti cette année. Poignant et magnifique.

LE PIC ENTRE DEUX PORTS - Editeur : Poursuite Editions (2011)

Jusque là, à travers ses photographies, Gregory Valton avait raconté une histoire, la sienne. Très personnelle. Un récit fait de fantômes et de non-dits, où seule sa voix était présente. Il ne restait donc plus qu'à sauter un tout petit pas avant de rejoindre le monde des vivants et celui des histoires construites à deux …

Glissé amoureux, 2011 - Photos © Grégory Valton/Camille Hervouet

C'est lors d'une résidence en Vendée, que Grégory Valton va mettre en scène avec Camille Hervouet, elle aussi photographe3, une histoire de rencontre, joliment nommée Glissé amoureux.

Glissé amoureux, 2011 - Photos © Grégory Valton/Camille Hervouet

Une série de photographies tendre et sincère qu'on aimerait découvrir bientôt en livre, et pourquoi pas aux Edtions Poursuite …

Glissé amoureux, 2011 - Photos © Grégory Valton/Camille Hervouet


1 tiré d'un autre poème de Robert Desnos, Calixto, écrit en 1943.
2 Extrait du texte de Christophe Dabitch, en postface de "Lendemains". Christophe Dabitch est auteur, journaliste et documentariste pour la télévision, il a réalisé pour Arte, "Dabic et Dabitch, un cousin serbe".
3 et elle aussi éditée aux Editions Poursuite. Mais ça, c'est une autre histoire …

6 décembre 2011

En Périgord

Champ trop vert, Sorges, Dordogne, 2009
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

5 décembre 2011

En Picardie


Vieux portail, Liomer, Somme, 2010
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

3 décembre 2011

En Picardie


Ce qu'il en reste, Brocourt, Somme, 2010
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

2 décembre 2011

En Pays de Buch

22KM, Presqu'île de Lège-Cap-Ferret, Gironde, 2009
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

1 décembre 2011

En Ardèche

Carcasse, Les Vans, Ardèche, 2011 - Série Un jour, en France
Photo © Yannick Vallet

30 novembre 2011

John Baeder's American Roadside

Shorty's Shortstop, Hendersonville, TN, 1984 - © John Baeder

Ceci n'est pas une photographie !
Il s'agit d'un tableau peint par l'artiste hyperréaliste américain John Baeder. Mais la photo n'est pas très loin. Vous allez comprendre pourquoi …
Pratiquement inconnu en Europe, Baeder est très apprécié aux Etats-Unis pour son travail sur les diners, icones par excellence de la culture américaine des belles années.

American, 1976 – Photo © John Baeder

Au tout début des sixties, alors qu'il travaille à New York comme directeur artistique dans une agence de publicité, il commence à collectionner les cartes postales de motels, de stations services et de restaurants qu'on trouve le long des routes de tous les états. Lorsqu'il abandonne son premier métier au début des années 70, ce seront les premiers documents qui lui permettront d'élaborer ses premières peintures.

Divco Truck, 1973 - Photo © John Baeder

Mais très vite, il préfèrera prendre ses propres photos en couleur. Ce travail, intéressant à plus d'un titre - historique, sociologique, éthnologique - semble avoir pourtant, pour lui, une fonction beaucoup plus basique : récupérer de la documentation, voire même le modèle exact, d'après lequel il exécutera ses propres toiles.

Gas Pumps, 1973 - Photo © John Baeder

C'est ainsi qu'armé de son appareil, il parcourt les routes des Etats Unis à la recherche de ses sujets. Jusqu'à ce qu'en 1975, les architectes Robert Venturi et Denise Scott Brown le contactent pour participer à l'exposition “Signs of Life : Symbols in the American City” qu'ils préparent pour le Smithsonian Institute.

Belleville Diner, 1977 - Photo © John Baeder

Pour cet événement, à côté du peintre débutant encore inconnu, va travailler un autre artiste qui, à l'époque, a déjà gagné ses titres de noblesse : Stephen Shore. Pas étonnant donc que les images de Baeder aient un petit air de filiation, ou de fratrie, avec celles de Shore. Tous deux étant particulièrement concernés par un mouvement que l'on venait de nommer Les Nouveaux Topographes1.

Interior with Checkerboard, 1977 - Photo © John Baeder

Mais alors que Stephen Shore va continuer de son côté à travailler avec le medium photographique, John Baeder, lui, va retourner à ses pinceaux. Et c'est plus de trente ans après que le peintre a finalement accepté de ressortir ses négatifs des années 70 pour les montrer.

Berry’s Grill, 1974 - Photo © John Baeder

Aujourd'hui, après une première exposition en 2009 à la galerie Thomas Paul Fine Art de Los Angeles, c'est la galerie parisienne Rive Gauche Marcel Strouk qui accueille les tirages de John Baeder. Une exposition à voir d'urgence tellement l'événement est rare et les clichés particulièrement intéressants. Les pionniers de la photographie américaine en couleur, William Eggelston, Joel Meyerowitz ou William Christenberry ne sont finalement eux aussi pas très loin.

JOHN BAEDER'S AMERICAN ROADSIDE
Editeur : Thomas Paul Fine Art (2009)

À noter également que John Baeder a commencé la photographie dans les années 50, avec le noir et blanc, et que ces premières images sont assez étonnantes. Mais ça, c'est une autre histoire …

Photo © John Baeder

JOHN BAEDER'S AMERICAN ROADSIDE
Galerie Rive Gauche - 23 rue de Seine – Paris
Du 4 novembre au 10 décembre 2011
Du mardi au samedi, de 11h à 19h


1 L'exposition intitulée "New Topographics : Photographs of a Man-Altered Landscape" qui eut lieu en janvier 1975 à la George Eastman House, le musée de la photographie de Rochester, regroupait des images, entre autres, de Robert Adams, John Schott, Lewis Baltz, Joe Deal et bien sûr Stephen Shore.