Ce blog présente quotidiennement

un premier choix non définitif d'images pour les séries en cours.

Il vient en complément du site www.yannickvallet.com qui, lui,

présente un panorama complet de mon travail.


31 octobre 2009

Le Banc

10h13, 2009 - Série Le Banc - Photo © Yannick Vallet

30 octobre 2009

Les Disparus

Série de Polaroïds Les Disparus, 2009 - Photo © Yannick Vallet

29 octobre 2009

Tous aux bains

Le Bikini, Gruissan-Plage, Languedoc-Roussillon, 2009
Série Tous aux bains - Photo © Yannick Vallet

28 octobre 2009

Saul Leiter

El, NewYork, 1954 - Photo © Saul Leiter

Les photographies de Saul Leiter sont celles de l'éphémère et du moment fugace. Comme un croisement de regard à la terrasse d’un café, une image furtive derrière la vitre de la voiture ou l’imperceptible frôlement d’un vêtement sur la peau.

Snow, New York,1960 - Photo © Saul Leiter

Alors qu’en France, dans les années 50 (et même 60), la mode est plutôt à la photographie humaniste en noir et blanc (avec Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson, Edouard Boubat ou Willy Ronis) aux Etats-Unis, Saul Leiter s’intéresse déjà à la couleur.

Postmen, 1952 - Photo © Saul Leiter

Ses premiers clichés couleur datent de 1948, il a alors 25 ans.

Kutztown, 1948 - Photo © Saul Leiter


Shoeshine Man, NewYork, 1950 - Photo © Saul Leiter

Etonnement, alors qu’il est plutôt un photographe de l’instant, c’est la photographie de mode qui le fera vivre pendant près de trente ans. Et le monde de l'Art ne s'intéressera que de très loin à son oeuvre personnelle.


Lanesville, 1958 - Photo © Saul Leiter

Peu de livres ont été publiés sur Saul Leiter si ce n'est récemment, et plutôt autour des deux grandes rétrospectives qui ont eu lieu en 2005 et 2008, respectivement à la Howard Greenberg Gallery de New York et à Paris, à la Fondation Henri Cartier-Bresson :

SAUL LEITER - Editeur : Steidl Verlag (2008)


SAUL LEITER : EARLY COLOR
Editeur : Steidl Verlag/Howard Greenberg Gallery (2006)

Ses clichés en noir et blanc ont également fait l’objet d’un ouvrage, chez le même éditeur :

SAUL LEITER : EARLY BLACK AND WHITE
Editeur : Steidl Verlag (2007)


Café, Paris, 1959 - Photo © Saul Leiter

27 octobre 2009

Le Banc

13h57, 2009 - Série Le Banc - Photo © Yannick Vallet

26 octobre 2009

30 décembre 2004

30 décembre 2004, Bricqueville-sur-Mer, Les Salines, 2004-2009
Série Haïkuroïds - Photo © Yannick Vallet

25 octobre 2009

En Picardie (V)

En ces lieux, Brocourt, Somme, 2009
Série Un jour, en France - Photo © Yannick Vallet

24 octobre 2009

Six Designers

De gauche à droite : George Nelson, Edward Wormley, Eero Saarinen, Harry Bertoia, Charles Eames et Jens Rison.

Dans la continuité du film sur le SX-70 de Charles & Ray Eames, voilà une photo qui, même si elle n’a aucun intérêt artistique (à commencer par une lumière de studio d’une incroyable froideur et d'une platitude consternante !), n’en ai pas moins "drôle".
Alors que les années 60 viennent juste de commencer, ces six designers qui sont à ce moment-là au sommet de leur art, paraissent encore bien coincés dans la rigueur et la bienséance des années 50. Et quand on sait qu’en plus, cette photo est parue dans Playboy Magazine ...


Playboy Magazine - Juillet 1961

23 octobre 2009

Tous aux bains

Société Nationale de Sauvetage en Mer, Ile de Noirmoutier, 2008
Série Tous aux bains - Photo © Yannick Vallet

22 octobre 2009

Le Banc

15h04, 2009 - Série Le Banc - Photo © Yannick Vallet

21 octobre 2009

Tous aux bains


Seul(s), Etretat, 2008
Série Tous aux bains - Photo © Yannick Vallet

20 octobre 2009

Polaroïd SX-70

Que du collector !
Un petit film promotionnel très seventies, d’une dizaine de minutes, sur le plus culte des Polaroïd : le SX-70.
Des réalisateurs de très grande classe : le célèbre couple de designers américain Charles & Ray Eames.
Et un prestigieux compositeur hollywoodien et grand ami du couple : Elmer Bernstein (collaborateur, entre autres, de Otto preminger, Anthony Mann, John Frankenheimer ou Martin Scorcese).

SX-70 de Charles & Ray Eames (1972)


Charles & Ray Eames

19 octobre 2009

Les Disparus

Série de Polaroïds Les Disparus, 2009 - Photo © Yannick Vallet

18 octobre 2009

Tous aux bains

Plage de Mimizan, Les Landes, 2007
Série Tous aux bains - Photo © Yannick Vallet

17 octobre 2009

Mon premier livre

THE END OF NOWHERE - Livre de 9 photos, 2009 © Yannick Vallet







Les photos de ce livre on été prises avec un téléphone portable en juillet 2007, dans le centre de la France.

Tirage original : 2 exemplaires.

Merci à Fabienne O.

16 octobre 2009

La photo de T.

Festival Burning Man, Nevada, 2004 - Photo © Tezzer

15 octobre 2009

The Impossible Project

Info de première importance - STOP - Polaroïd va relancer la fabrication de certains de ses appareils instantannés - STOP - The Impossible Project est chargé de relancer la production de films Polaroïd - STOP - Rendez-vous en 2010 - STOP



THE IMPOSSIBLE PROJECT



Le Banc

17h28, 2009 - Série Le Banc - Photo © Yannick Vallet

14 octobre 2009

I’ve had such a curious dream

I've had such a curious dream, 2008
Polaroïd, cadre et Posca © Yannick Vallet (Tiré à 2 exemplaires)


“Wake up, Alice dear !” said her sister; “Why, what a long sleep you’ve had !”
“Oh, I’ve had such a curious dream !” said Alice. And she told her sister, as well as she could remember them, all these strange Adventures of hers that you have just been reading about; and, when she had finished, her sister kissed her, and said, “It was a curious dream, dear, certainly; but now run in to your tea : it’s getting late.” So Alice got up and ran off, thinking while she ran, as well she might, what a wonderful dream it had been.
Alice's Adventures in Wonderland - Lewis Carroll (1865)


« Alice, ma chérie, réveille-toi ! lui dit sa sœur. Comme tu as dormi longtemps !
– Oh, quel rêve bizarre je viens de faire ! s’exclama Alice.
Et elle se mit à raconter, autant qu’elle pouvait se les rappeler, toutes les étranges Aventures que vous venez de lire.
Lorsqu’elle eut fini, sa sœur l’embrassa et dit :
« C’était un rêve vraiment très bizarre, ma chérie ; mais, à présent, rentre vite à la maison pour prendre ton thé ; il commence à se faire tard. »
Alice se leva et s’en alla en courant, tout en réfléchissant de son mieux au rêve merveilleux qu’elle venait de faire.
Alice au pays des merveilles - Lewis Carroll (1865)

13 octobre 2009

Loretta Lux

Loretta Lux compose des photos silencieuses ...

Hopper, 2005 - Photo © Loretta Lux

Le travail de cette allemande, née à Dresde (ex-RDA), est graphiquement aussi fou que celui de la néerlandaise Desiree Dolron mais dans un style encore plus inquiétant et bizarre, perdu quelque part entre les peintures de Vélasquez et les photographies de Lewis Carroll.

The Rose Garden, 2001 - Photo © Loretta Lux

Loretta Lux peut passer des semaines, voire des mois sur une même photo, tant elle est exigeante sur le rendu qu’elle désire. Le résultat, ce sont ces images étranges d’enfants aux têtes vaguement disproportionnées, semblant cacher un secret inavouable. De curieux rejetons dégénérés et fascinants. Les descendants d'une société est-allemande marquée par quarante ans d'arbitraire et de peur.

Hugo and Dylan 1, 2006 - Photo © Loretta Lux

Loretta Lux n’a publié qu’un seul livre, si l’on excepte le triptyque édité à l’occasion de son exposition personnelle à la Torch Gallery d’Amsterdam et intitulé “New Work”.


LORETTA LUX - Editeur : Aperture (2005)



LORETTA LUX : NEW WORK
Editeur : Torch Gallery, Amsterdam (2004)



L’Infante Marguerite Thérèze, 1655 - Diego Vélasquez



Alice Pleasance Liddell, 1860 - Lewis Carroll


The Wanderer, 2003 - Photo © Loretta Lux

12 octobre 2009

Les Disparus

Série de Polaroïds Les Disparus, 2009 - Photo © Yannick Vallet

11 octobre 2009

Tous aux bains

Entre deux terres, Vendée, 2008
Série Tous aux bains - Photo © Yannick Vallet

10 octobre 2009

Michael Ackerman

Pas d’actualité pour ce photographe. Juste une envie. Celle de parler d’un très grand artiste qui place l’émotion et la spontanéité au centre de son oeuvre.

Bénarès, 1999 - Photo © Michael Ackerman

Michael Ackerman est certainement (et je pèse mes mots) le plus grand photographe d’aujourd’hui utilisant le noir et blanc. Cet américain de 42 ans, né à Tel Aviv et vivant entre Berlin, Cracovie et New York réalise des clichés d’une intensité rare. Ses photographies vous coupent le souffle et restent à tout jamais imprimées dans les replis de votre cerveau.

Pologne, 2003 - Photo © Michael Ackerman

Les photos de Michael Ackerman sont dures, anxiogènes, torturées et même parfois terribles. Mais qu’il soit en Inde, à Cuba ou en Pologne le résultat est toujours fascinant. L’utilisation des lumières basses, du flou, du grain, des décadrages n’est pas une posture branchouille mais l’expression d’une inquiétude omniprésente, de son angoisse, de ses tourments et de ses doutes.

Pologne, 2003 - Photo © Michael Ackerman

Bénarès, 1999 - Photo © Michael Ackerman


Michael Ackerman a, à ce jour, publié deux livres “End Time City” suite à un voyage à Bénarès, et “Fiction”.

END TIME CITY - Editeur : Nathan / Delpire (1999)

FICTION - Editeur : Nathan / Delpire (2001)


Il a également réalisé en 2008 un reportage sur New York, mais cette fois-ci en couleur. Ça donne des images certes plus légères, mais tout aussi belles ...

New York, 2008 - Photo © Michael Ackerman

Michael Ackerman est représenté par la célèbre agence parisienne VU' créée dans les années 80 par le non moins fameux Christian Caujolle, aujourd'hui directeur artistique de l'agence et de sa galerie.

New York, 2008 - Photo © Michael Ackerman

9 octobre 2009

Erin Toland

Longing, Manhattan, 2008 - Photo © Erin Toland

Alors voilà, j'ai reçu cette image par le site Flak Photo (une mine d'or pour découvrir de nouveaux photographes)* et j'ai flashé dessus.
Pourquoi ? Je ne sais pas ! Difficile à dire. Certainement parce que je suis un peu jaloux : j'aurai aimé la faire !!! Et puis aussi peut-être parce que j'aime ses couleurs, sa lumière, l'attitude de cet homme qui ne sait pas qu'on le photographie (on se croirait presque dans un film d'Alfred Hitchcock !), le contraste entre tous ces vêtements gris, mais malgré tout très "shiny" et ce sexagénaire habillé de beige et de noir, une sacoche marron à la main. Etrange : seuls ses cheveux sont en accord avec la vitrine. Ses couleurs à lui ne sont pas spécialement gaies mais pourtant il n'est pas triste (mais oui, on peut être triste même de dos !). Et puis, et surtout, c'est New York et on ne sait finalement pas vraiment dans quel siècle on est ...

Balls, 2009 - Photo © Erin Toland

J'oubliais. Outre le site, il faut aussi aller voir My NYC in color, le blog d'Erin Toland, sous-titré "A photographic journey through New York City" et qu'elle tient depuis deux ans ... on s'y croirait !

* merci à Olivier Hodasava de m'avoir fait découvrir ce site qui, si vous êtes abonné, vous envoie plusieurs fois par semaine leur "Today's Flak Photo". Indispensable !